Posted on

La Banque Mondiale veut lever la barrière qui empêche les femmes africaines d’intégrer le monde entrepreneurial. Si toutefois, la volonté de ces dernières est présente, plusieurs éléments compromettent encore leur développement. Kristalina Georgieva, la directrice générale de la Banque Mondiale, veut lutter contre ces éléments négatifs.

La priorité : abolir les obstacles

La Banque Mondiale estime que les femmes africaines ont le potentiel pour devenir des bonnes entrepreneures. Par contre, elles sont plus freinées par rapport aux hommes. L’une des plus grandes institutions financières internationales s’intéresse plus particulièrement à ces obstacles et adopte une stratégie pour les contourner.

C’est pourquoi le sommet sur le financement de l’entrepreneuriat féminin en Afrique de l’Ouest a été organisé. La directrice générale tenait à expliquer à la veille de ce fameux rendez-vous que « le but de ce sommet est de galvaniser les réformes de politiques publiques et l’action du secteur privé pour promouvoir l’entrepreneuriat des femmes en Afrique de l’Ouest. »

Dans la plupart des cas, ces barrières s’apparentent à des contraintes culturelles qui minimisent la valeur des femmes. Certaines dispositions légales qui limitent les emplois accessibles sont encore des réels problèmes en Afrique. Le vrai blocage à l’entrepreneuriat est l’indisponibilité des prêts bancaires pour elles, alors qu’il est impossible de créer une entreprise sans budget.

Les enjeux de l’entrepreneuriat féminin

Afin de trouver la meilleure solution, des responsables du secteur privé et des dirigeants de banque ont été présents au sommet qui a eu lieu en Côte d’Ivoire en 2019. Des fortes personnalités comme Ivanka Trump par exemple, se sont aussi jointes à Kristalina Georgieva pour peser un peu plus dans la démarche de la persuasion.

D’ailleurs, les deux plus grandes institutions financières (la BM et le FMI) continuent à insister que la promotion des femmes joue un rôle prépondérant dans le développement d’un pays. Elles soulignent que l’intégration du supposé sexe faible à l’économie peut ouvrir des opportunités d’emplois. Les femmes sont capables également selon elles, d’apporter la paix et d’améliorer le niveau de vie en Afrique de l’Ouest.

En outre, donner aux femmes un accès à la technologie permettra de faire un grand bond en avant. Offrir aux femmes la même chance qu’aux hommes semble important aux yeux des hauts responsables de ces grandes institutions. Promouvoir l’accès du sexe féminin à Internet et encourager l’utilisation du téléphone portable font partie de leur projet.

L’Afrique en détresse

La Banque Mondiale estime que l’Afrique est de plus en plus pauvre. La preuve est que les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté a presque doublé selon le numéro 2 de l’institution financière. Cela est causé par l’accroissement considérable de la population. Elle se tourne donc vers les femmes pour sortir l’Afrique de l’Ouest de l’impasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *